RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Portail du Premier Ministère
Premier Ministre / Activités du Premier Ministre
ACTIVITES

Le Premier Ministre préside une réunion du Gouvernement

Le Gouvernement a tenu, mercredi 30 octobre 2019, une réunion présidée par le Premier ministre, Monsieur Nour-Eddine Bedoui, au cours de laquelle il a examiné et débattu d'un avant-projet de loi et d'un projet de décret exécutif. Il a également entendu et débattu trois communications.

Premièrement: le gouvernement a examiné et endossé un avant-projet de loi modifiant la loi n° 01-13 du 07 août 2001, portant orientation et organisation des transports terrestres, présenté par le ministre des Travaux publics et des Transports.

Cet avant-projet de loi vise à combler un vide juridique susceptible d’être à l’origine d’atteintes à la sécurité des personnes et des biens. A cet effet, il a été proposé  de revoir le cadre juridique régissant le domaine des transports terrestres et relatif à l'exercice de l'activité de transport de personnes ou de marchandises, pour le maintien de la sécurité et de l'ordre publics.

Deuxièmement: le Gouvernement a examiné et approuvé un projet de décret exécutif portant création, organisation et fonctionnement des établissements publics hospitaliers et des établissements publics de santé de proximité, présenté par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière

Il s’agit de la création de trois nouveaux établissements publics de santé d’une capacité de 240 lits dans les wilayas de Laghouat (chef-lieu de la wilaya), de Ouargla (circonscription administrative de Touggourt) et de Aïn Defla (chef-lieu de la wilaya), et ce, afin de renforcer les capacités du secteur et d’assurer une meilleure prise en charge des populations dans les différentes régions du pays.

Intervenant à l’issue de l’exposé sur ce décret exécutif, le Premier ministre a salué les efforts consentis en matière de renforcement des structures de santé à travers l’ensemble du Territoire national, et a également instruit le ministre de la Santé à l’effet d’élaborer un exposé détaillé sur les établissements hospitaliers achevés et équipés en cours de mise en fonctionnement, et qui sera présenté lors de la prochaine réunion du Gouvernement.

Troisièmement: Le gouvernement a entendu une communication du ministre de la Santé, comprenant un rapport d'étape sur l’état de mise en œuvre des décisions du Gouvernement en matière de renforcement de la couverture sanitaire dans les Wilayas du Sud et des Hauts Plateaux.

L’exposé a démontré que la mise en œuvre de ces décisions avait atteint des étapes très avancées. En effet, toutes les décisions de levée de gel des opérations de réalisation des structures programmées ont été notifiées, ainsi que l'inscription des nouvelles opérations prévues, outre la signature des conventions prévues avec les organismes de sécurité sociale pour la prise en charge sanitaire des habitants de ces régions, le début des opérations d’évacuation aérienne des malades, des mesures incitatives pour encourager les investisseurs privés, ainsi que la mise en œuvre du programme de jumelage entre les établissements hospitaliers du Nord et leurs homologues du Sud et des Hauts Plateaux.

Intervenant à l’issue de cet exposé, le Premier ministre a souligné la nécessité d'un suivi pratique, sur le terrain, de l’état de mise en œuvre des décisions du Gouvernement en décidant, à ce titre, ce qui suit :

    •    Mettre en place un comité de suivi interministériel de haut niveau, placé auprès du ministre de la Santé, composé des Secrétaires Généraux des Ministères concernés et chargé d’assurer le suivi, sur le terrain, de la mise en œuvre de toutes les décisions prises et de lever d’éventuels obstacles.

    •    Charger le ministre de la Santé d’élaborer une évaluation hebdomadaire sur l’état de mise en œuvre des mesures arrêtées, à présenter périodiquement, lors des réunions du Gouvernement.

Revenant à la question du développement des régions des Hauts Plateaux et du Sud en général, le Premier ministre a souligné qu'il s'agissait, en premier lieu, de la nécessité de réhabiliter l'organisation administrative, de promouvoir la décentralisation et de rapprocher davantage l'administration du citoyen, en adéquation avec les mutations socio-économiques que connait notre société, ainsi que l’amélioration des conditions de prise en charge de tous les besoins des citoyens, notamment dans le domaine de la santé et de l’éducation. Dans ce cadre, le ministre de l'Education nationale a été chargé de présenter les résultats des travaux du comité mis en place pour étudier les raisons du faible taux de réussite enregistré dans certains établissements et Wilayas, ainsi que de soumettre des propositions concernant les mesures pratiques à prendre à cet égard.

Quatrièmement : le Gouvernement a entendu, à la demande du Premier ministre, une communication présentée par le ministre de l’habitat sur la situation de tous les programmes de logements publics.

Au début de son exposé, le ministre de l’habitat a souligné que le parc national du logement compte 9,6 millions de logements réalisés depuis l'indépendance et que le rythme de réalisation se poursuit toujours. En effet, le programme de logements actuel dépasse les 682 000 unités en cours de réalisation, toutes formules confondues, y compris les logements publics locatifs, les logements subventionnés, les logements ruraux, les logements AADL, les logements promotionnels, ainsi que les lotissements sociaux, en plus de 363 000 unités qui feront l’objet d’un lancement prochain. A noter par ailleurs  que cette année a vu la distribution, jusqu’au mois de septembre 2019, de plus de 178 000 unités.

Dans son intervention, le Premier ministre a souligné la détermination du Gouvernement à mettre en œuvre tous les programmes de logement prévus et à mobiliser les ressources financières à cet effet, et qui doivent désormais être réalisés selon un cadre pratique et clair répondant aux attentes de nos citoyens, tous segments confondus, pour la détention et la possession de leurs logements, en toute légalité, leur permettant ainsi d’en disposer librement et de mettre à leur portée un marché immobilier à la hauteur de leurs aspirations, à l’instar de ce qui se pratique dans le monde.

Le Premier ministre a souligné que le Gouvernement était conscient que l’obstacle le plus important, qui constitue une entrave la concrétisation des objectifs cités tout en alourdissant la charge pesant sur le citoyen, consiste en la régularisation de la situation juridique de leur logement en leur permettant d'obtenir des actes de propriété. A ce titre, il a réaffirmé la détermination du Gouvernement pour la  prise en charge définitive de ce dossier qui concerne de nombreuses bâtisses individuelles et des groupements résidentiels construits au cours des années 90, ainsi que pour toutes les formules de logement public, notamment le logement locatif LPL, le logement subventionné (LPA), le logement participatif (LSP), le logement rural,  le logement AADL, le logement promotionnel (LPP) et les lotissements sociaux.

Et dans ce cadre, le Premier ministre a décidé ce qui suit :

    •    Permettre à tous les citoyens concernés d'obtenir les actes de propriété de leur logement dans un délai ne dépassant pas les six  (06) mois.

    •    Mettre en place un mécanisme gouvernemental composé des secteurs de l’intérieur, des Finances, de l’Habitat et de l’Agriculture, qui sera chargé de mettre en œuvre cette décision, à travers la régularisation de la situation de  tous les logements construits et la remise des actes à leurs propriétaires.

    •    Mettre en place des commissions locales au niveau de toutes les wilayas du pays en tant que prolongement de ce mécanisme, présidées par les walis, avec la contribution des présidents des Assemblées communales et des services des Domaines, en prévoyant des mesures spécifiques concernant la wilaya d'Alger.

    •    Charger les Ministres concernés de présenter un exposé d’étape sur l’état d’avancement de cette opération, lors de chaque réunion du Gouvernement.
Et afin d'accélérer l’opération de réalisation des programmes de logements en cours et leur livraison aux bénéficiaires dans les meilleurs délais, le Premier Ministre a décidé ce qui suit :

    •    la mise en place d’un groupe de travail réunissant les ministères de l’Habitat et des Finances, chargé de procéder, dans un délai de 15 jours, à l’élaboration d’un programme d’action pragmatique avec des délais d’étapes de réalisation, visant à établir un tableau précis des délais de mise en œuvre de tous les programmes de logements, à travers toutes les communes du territoire national, ainsi que les infrastructures s’y rattachant (réseaux, routes et équipements publics) et d’inscrire les enveloppes financières nécessaires, par étapes de réalisation préalablement déterminées.

    •    et afin de diversifier l'offre en logements, de répondre aux souhaits de tous les segments de la société et de dynamiser le marché immobilier national au profit des promoteurs immobiliers privés dans le cadre de la démarche du Gouvernement pour libérer toutes les initiatives dans ce domaine, il a été décidé d'impliquer tous les promoteurs immobiliers privés dans la réalisation des différents programmes de logements publics aux côtés des opérateurs publics et, à ce titre, le Ministre de l’Habitat a été chargé de la concrétisation urgente de cette décision et de proposer toutes les mesures pour son exécution.

Cinquièmement : le gouvernement a entendu une communication présentée par le  ministre des Finances et les ministres concernés sur les mesures à prendre pour réduire le déficit de la balance des paiements afin de préserver les réserves de change du pays, et ce concernant la filière du médicament dans toutes ses composantes, avec la présentation d’un rapport d’étape sur les résultats des mesures prises à cet égard concernant la filière des céréales.

L’exposé a permis de faire ressortir la facture importante et croissante des importations de médicaments par notre pays et qui s'élevait, en 2018, à plus de 3,4 milliards d'euros. En effet, cette catégorie d'importations vient en deuxième position dans les biens de consommation non alimentaires, alors que la production nationale couvre 57% des besoins nationaux. En sus, il a été procédé à l’identification des principaux intervenants dans ce marché, parmi les producteurs, les importateurs et les distributeurs.

Sur la base de cette analyse de la réalité de la filière du médicament et de la nécessité de couvrir les besoins de ce marché avec des produits de qualité et en quantités suffisantes, tout en rationalisant les importations, il a été souligné la nécessité de développer une stratégie globale reposant principalement sur l’accroissement de la production locale et la régulation du marché sur des considérations purement sociales et thérapeutiques.

Intervenant à l’issue de cet exposé, le Premier ministre a salué les premiers résultats obtenus par le groupe de travail, soulignant que le Gouvernement poursuivrait cette démarche concernant toutes les filières qui pèsent sur  le Trésor Public.

A cet égard, le Premier ministre a insisté sur la nécessité de prendre des mesures urgentes concernant ce dossier, tout en mettant en place une stratégie globale à moyen et long termes avec, en son centre, la société «SAIDAL» et avec la participation des professionnels du secteur de la santé et de tous les intervenants, notamment les autorités douanières, ainsi que l‘instauration de mécanismes pratiques afin d’en assurer la mise en œuvre.

A ce titre, le Premier ministre a donné les instructions suivantes : 

    •     Se concentrer sur le développement et l'accompagnement des capacités nationales dans le domaine de la production des médicaments, notamment à travers,

    •    La  promotion de la recherche scientifique et la production des nouvelles molécules.

    •    La relance et le soutien de l’entreprise publique «SAIDAL» qui fera l’objet d’un examen détaillé lors d'une réunion d’un Conseil interministériel.

    •    La concentration sur la production de produits biopharmaceutiques à haute valeur ajoutée.

    •    L’accélération de la réalisation des investissements publics et privés dans le domaine de la production locale des médicaments, principalement les projets relatifs à la production d'insuline, tout en encourageant l'émergence des grandes sociétés pharmaceutiques.

    •    L’encouragement des importateurs à se tourner vers l'industrie locale des médicaments, en mettant à leur disposition toutes les motivations prévues.

    •    Mettre l'accent sur la mise en place de mécanismes de contrôle efficaces et permanents, afin de contrôler ce marché et de garantir le strict respect des règles juridiques pertinentes en matière de protection de la santé et de la sécurité des citoyens.

    •    Accélérer la publication de textes d’application de la nouvelle loi sur la santé, avec la mise en activité de l'Agence nationale des médicaments.

En conclusion, un bref exposé a été présenté sur le bilan de la mise en œuvre des mesures arrêtées par le Gouvernement en matière de rationalisation des importations dans les filières du blé et du lait. En effet, les quantités réelles du marché national des céréales ont été définies par la réduction d'environ 2 millions de tonnes des quantités de blé tendre importées annuellement, outre la levée de toutes les restrictions sur le programme de réalisation de l'entreposage stratégique des céréales et concernant le transport maritime, l'utilisation exclusive du pavillon national a été consacrée dans toutes les opérations d'importation des céréales et du lait.

Dans son intervention, le Premier ministre s’est félicité des résultats concrets obtenus dans ce domaine et a chargé le groupe de travail de supervision à l’effet de présenter un exposé détaillé sur les résultats obtenus dans ce domaine, qui vont renforcer le Trésor Public et préserver les réserves de notre pays en devises.


Le Premier Ministre préside une réunion du Gouvernement

Le Gouvernement a tenu, mercredi 30 octobre 2019, une réunion présidée par le Premier ministre, Monsieur Nour-Eddine Bedoui, au cours de laquelle il a examiné et débattu d'un avant-projet de loi et d'un projet de décret exécutif. Il a également entendu et débattu trois communications.

Premièrement: le gouvernement a examiné et endossé un avant-projet de loi modifiant la loi n° 01-13 du 07 août 2001, portant orientation et organisation des transports terrestres, présenté par le ministre des Travaux publics et des Transports.

Cet avant-projet de loi vise à combler un vide juridique susceptible d’être à l’origine d’atteintes à la sécurité des personnes et des biens. A cet effet, il a été proposé  de revoir le cadre juridique régissant le domaine des transports terrestres et relatif à l'exercice de l'activité de transport de personnes ou de marchandises, pour le maintien de la sécurité et de l'ordre publics.

Deuxièmement: le Gouvernement a examiné et approuvé un projet de décret exécutif portant création, organisation et fonctionnement des établissements publics hospitaliers et des établissements publics de santé de proximité, présenté par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière

Il s’agit de la création de trois nouveaux établissements publics de santé d’une capacité de 240 lits dans les wilayas de Laghouat (chef-lieu de la wilaya), de Ouargla (circonscription administrative de Touggourt) et de Aïn Defla (chef-lieu de la wilaya), et ce, afin de renforcer les capacités du secteur et d’assurer une meilleure prise en charge des populations dans les différentes régions du pays.

Intervenant à l’issue de l’exposé sur ce décret exécutif, le Premier ministre a salué les efforts consentis en matière de renforcement des structures de santé à travers l’ensemble du Territoire national, et a également instruit le ministre de la Santé à l’effet d’élaborer un exposé détaillé sur les établissements hospitaliers achevés et équipés en cours de mise en fonctionnement, et qui sera présenté lors de la prochaine réunion du Gouvernement.

Troisièmement: Le gouvernement a entendu une communication du ministre de la Santé, comprenant un rapport d'étape sur l’état de mise en œuvre des décisions du Gouvernement en matière de renforcement de la couverture sanitaire dans les Wilayas du Sud et des Hauts Plateaux.

L’exposé a démontré que la mise en œuvre de ces décisions avait atteint des étapes très avancées. En effet, toutes les décisions de levée de gel des opérations de réalisation des structures programmées ont été notifiées, ainsi que l'inscription des nouvelles opérations prévues, outre la signature des conventions prévues avec les organismes de sécurité sociale pour la prise en charge sanitaire des habitants de ces régions, le début des opérations d’évacuation aérienne des malades, des mesures incitatives pour encourager les investisseurs privés, ainsi que la mise en œuvre du programme de jumelage entre les établissements hospitaliers du Nord et leurs homologues du Sud et des Hauts Plateaux.

Intervenant à l’issue de cet exposé, le Premier ministre a souligné la nécessité d'un suivi pratique, sur le terrain, de l’état de mise en œuvre des décisions du Gouvernement en décidant, à ce titre, ce qui suit :

    •    Mettre en place un comité de suivi interministériel de haut niveau, placé auprès du ministre de la Santé, composé des Secrétaires Généraux des Ministères concernés et chargé d’assurer le suivi, sur le terrain, de la mise en œuvre de toutes les décisions prises et de lever d’éventuels obstacles.

    •    Charger le ministre de la Santé d’élaborer une évaluation hebdomadaire sur l’état de mise en œuvre des mesures arrêtées, à présenter périodiquement, lors des réunions du Gouvernement.

Revenant à la question du développement des régions des Hauts Plateaux et du Sud en général, le Premier ministre a souligné qu'il s'agissait, en premier lieu, de la nécessité de réhabiliter l'organisation administrative, de promouvoir la décentralisation et de rapprocher davantage l'administration du citoyen, en adéquation avec les mutations socio-économiques que connait notre société, ainsi que l’amélioration des conditions de prise en charge de tous les besoins des citoyens, notamment dans le domaine de la santé et de l’éducation. Dans ce cadre, le ministre de l'Education nationale a été chargé de présenter les résultats des travaux du comité mis en place pour étudier les raisons du faible taux de réussite enregistré dans certains établissements et Wilayas, ainsi que de soumettre des propositions concernant les mesures pratiques à prendre à cet égard.

Quatrièmement : le Gouvernement a entendu, à la demande du Premier ministre, une communication présentée par le ministre de l’habitat sur la situation de tous les programmes de logements publics.

Au début de son exposé, le ministre de l’habitat a souligné que le parc national du logement compte 9,6 millions de logements réalisés depuis l'indépendance et que le rythme de réalisation se poursuit toujours. En effet, le programme de logements actuel dépasse les 682 000 unités en cours de réalisation, toutes formules confondues, y compris les logements publics locatifs, les logements subventionnés, les logements ruraux, les logements AADL, les logements promotionnels, ainsi que les lotissements sociaux, en plus de 363 000 unités qui feront l’objet d’un lancement prochain. A noter par ailleurs  que cette année a vu la distribution, jusqu’au mois de septembre 2019, de plus de 178 000 unités.

Dans son intervention, le Premier ministre a souligné la détermination du Gouvernement à mettre en œuvre tous les programmes de logement prévus et à mobiliser les ressources financières à cet effet, et qui doivent désormais être réalisés selon un cadre pratique et clair répondant aux attentes de nos citoyens, tous segments confondus, pour la détention et la possession de leurs logements, en toute légalité, leur permettant ainsi d’en disposer librement et de mettre à leur portée un marché immobilier à la hauteur de leurs aspirations, à l’instar de ce qui se pratique dans le monde.

Le Premier ministre a souligné que le Gouvernement était conscient que l’obstacle le plus important, qui constitue une entrave la concrétisation des objectifs cités tout en alourdissant la charge pesant sur le citoyen, consiste en la régularisation de la situation juridique de leur logement en leur permettant d'obtenir des actes de propriété. A ce titre, il a réaffirmé la détermination du Gouvernement pour la  prise en charge définitive de ce dossier qui concerne de nombreuses bâtisses individuelles et des groupements résidentiels construits au cours des années 90, ainsi que pour toutes les formules de logement public, notamment le logement locatif LPL, le logement subventionné (LPA), le logement participatif (LSP), le logement rural,  le logement AADL, le logement promotionnel (LPP) et les lotissements sociaux.

Et dans ce cadre, le Premier ministre a décidé ce qui suit :

    •    Permettre à tous les citoyens concernés d'obtenir les actes de propriété de leur logement dans un délai ne dépassant pas les six  (06) mois.

    •    Mettre en place un mécanisme gouvernemental composé des secteurs de l’intérieur, des Finances, de l’Habitat et de l’Agriculture, qui sera chargé de mettre en œuvre cette décision, à travers la régularisation de la situation de  tous les logements construits et la remise des actes à leurs propriétaires.

    •    Mettre en place des commissions locales au niveau de toutes les wilayas du pays en tant que prolongement de ce mécanisme, présidées par les walis, avec la contribution des présidents des Assemblées communales et des services des Domaines, en prévoyant des mesures spécifiques concernant la wilaya d'Alger.

    •    Charger les Ministres concernés de présenter un exposé d’étape sur l’état d’avancement de cette opération, lors de chaque réunion du Gouvernement.
Et afin d'accélérer l’opération de réalisation des programmes de logements en cours et leur livraison aux bénéficiaires dans les meilleurs délais, le Premier Ministre a décidé ce qui suit :

    •    la mise en place d’un groupe de travail réunissant les ministères de l’Habitat et des Finances, chargé de procéder, dans un délai de 15 jours, à l’élaboration d’un programme d’action pragmatique avec des délais d’étapes de réalisation, visant à établir un tableau précis des délais de mise en œuvre de tous les programmes de logements, à travers toutes les communes du territoire national, ainsi que les infrastructures s’y rattachant (réseaux, routes et équipements publics) et d’inscrire les enveloppes financières nécessaires, par étapes de réalisation préalablement déterminées.

    •    et afin de diversifier l'offre en logements, de répondre aux souhaits de tous les segments de la société et de dynamiser le marché immobilier national au profit des promoteurs immobiliers privés dans le cadre de la démarche du Gouvernement pour libérer toutes les initiatives dans ce domaine, il a été décidé d'impliquer tous les promoteurs immobiliers privés dans la réalisation des différents programmes de logements publics aux côtés des opérateurs publics et, à ce titre, le Ministre de l’Habitat a été chargé de la concrétisation urgente de cette décision et de proposer toutes les mesures pour son exécution.

Cinquièmement : le gouvernement a entendu une communication présentée par le  ministre des Finances et les ministres concernés sur les mesures à prendre pour réduire le déficit de la balance des paiements afin de préserver les réserves de change du pays, et ce concernant la filière du médicament dans toutes ses composantes, avec la présentation d’un rapport d’étape sur les résultats des mesures prises à cet égard concernant la filière des céréales.

L’exposé a permis de faire ressortir la facture importante et croissante des importations de médicaments par notre pays et qui s'élevait, en 2018, à plus de 3,4 milliards d'euros. En effet, cette catégorie d'importations vient en deuxième position dans les biens de consommation non alimentaires, alors que la production nationale couvre 57% des besoins nationaux. En sus, il a été procédé à l’identification des principaux intervenants dans ce marché, parmi les producteurs, les importateurs et les distributeurs.

Sur la base de cette analyse de la réalité de la filière du médicament et de la nécessité de couvrir les besoins de ce marché avec des produits de qualité et en quantités suffisantes, tout en rationalisant les importations, il a été souligné la nécessité de développer une stratégie globale reposant principalement sur l’accroissement de la production locale et la régulation du marché sur des considérations purement sociales et thérapeutiques.

Intervenant à l’issue de cet exposé, le Premier ministre a salué les premiers résultats obtenus par le groupe de travail, soulignant que le Gouvernement poursuivrait cette démarche concernant toutes les filières qui pèsent sur  le Trésor Public.

A cet égard, le Premier ministre a insisté sur la nécessité de prendre des mesures urgentes concernant ce dossier, tout en mettant en place une stratégie globale à moyen et long termes avec, en son centre, la société «SAIDAL» et avec la participation des professionnels du secteur de la santé et de tous les intervenants, notamment les autorités douanières, ainsi que l‘instauration de mécanismes pratiques afin d’en assurer la mise en œuvre.

A ce titre, le Premier ministre a donné les instructions suivantes : 

    •     Se concentrer sur le développement et l'accompagnement des capacités nationales dans le domaine de la production des médicaments, notamment à travers,

    •    La  promotion de la recherche scientifique et la production des nouvelles molécules.

    •    La relance et le soutien de l’entreprise publique «SAIDAL» qui fera l’objet d’un examen détaillé lors d'une réunion d’un Conseil interministériel.

    •    La concentration sur la production de produits biopharmaceutiques à haute valeur ajoutée.

    •    L’accélération de la réalisation des investissements publics et privés dans le domaine de la production locale des médicaments, principalement les projets relatifs à la production d'insuline, tout en encourageant l'émergence des grandes sociétés pharmaceutiques.

    •    L’encouragement des importateurs à se tourner vers l'industrie locale des médicaments, en mettant à leur disposition toutes les motivations prévues.

    •    Mettre l'accent sur la mise en place de mécanismes de contrôle efficaces et permanents, afin de contrôler ce marché et de garantir le strict respect des règles juridiques pertinentes en matière de protection de la santé et de la sécurité des citoyens.

    •    Accélérer la publication de textes d’application de la nouvelle loi sur la santé, avec la mise en activité de l'Agence nationale des médicaments.

En conclusion, un bref exposé a été présenté sur le bilan de la mise en œuvre des mesures arrêtées par le Gouvernement en matière de rationalisation des importations dans les filières du blé et du lait. En effet, les quantités réelles du marché national des céréales ont été définies par la réduction d'environ 2 millions de tonnes des quantités de blé tendre importées annuellement, outre la levée de toutes les restrictions sur le programme de réalisation de l'entreposage stratégique des céréales et concernant le transport maritime, l'utilisation exclusive du pavillon national a été consacrée dans toutes les opérations d'importation des céréales et du lait.

Dans son intervention, le Premier ministre s’est félicité des résultats concrets obtenus dans ce domaine et a chargé le groupe de travail de supervision à l’effet de présenter un exposé détaillé sur les résultats obtenus dans ce domaine, qui vont renforcer le Trésor Public et préserver les réserves de notre pays en devises.